Uncategorized

LA TRAQUE AUX MARCHANDS AMBULANTS

P1030858

La foire aux problèmes organisée par le mouvement Y’en marre a mis au devant de la scène les marchands ambulants, qui y ont ouvert un stand pour sensibiliser l’opinion sur les dures épreuves auxquelles ils sont confrontés. Cela a inspiré à Nioxor ces quelques réflexions.

Le tapage médiatico-folklorique du gouvernement sénégalais sur le Plan Sénégal Emergent ne réussit pas à faire naître le yakaar tant espéré, dans les chaumières populaires, d’autant que même les statistiques économiques de l’ANSD sont loin d’être encourageantes.

Comment alors comprendre cette autre traque, qui ne fait pas la Une des journaux, cautionnée par l’élite politique dans sa quasi-totalité, contre les acteurs de l’économie populaire urbaine (marchands ambulants entre autres), contrastant avec la complaisance dont bénéficient les intermédiaires véreux de la campagne agricole et les spéculateurs fonciers ?

N’est-il pas logique, qu’au moment où le monde rural se trouve régulièrement confronté à de désastreuses campagnes commerciales de l’arachide et à des déficits céréaliers consécutifs à une pluviométrie en dents de scie, qu’une aggravation de l’exode rural soit notée ?

Il n’est dès lors pas surprenant, que la capitale Dakar, îlot d’abondance relative dans un océan de misère, soit envahie par des concitoyens ruraux catapultés dans la précarité, par l’inefficacité des politiques agricoles nationales, de l’indépendance formelle de 1960 à nos jours. C’est pour cette raison que les opérations de désencombrement de la voie publique conduites par diverses municipalités s’apparentent très souvent, quand elles sont menées avec violence et hargne,   à des opérations anti-pauvres, contre des vendeurs, dont le principal tort demeure leur état de dénuement et auxquels, on ne donne parfois aucune solution de rechange.

Publicités

Catégories :Uncategorized