DOCUMENTS

MANIFESTE DE MILITANTS DU PIT EN VUE DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2019

Considérant l’absence de rupture du pouvoir actuel avec les pratiques despotiques, claniques et clientélistes du précédent régime, synonyme de remise en cause du contrat de confiance conclu avec le peuple sénégalais par le président Macky Sall,

Considérant le non-respect de la promesse faite au Peuple des Assises de réduire le mandat présidentiel et le sabotage du processus de refondation institutionnelle, comme conséquences de la tragi-comédie référendaire du 20 mars 2016,

Considérant la confiscation du suffrage populaire, lors des dernières législatives du 30 juillet 2017,

Considérant la gouvernance désastreuse du régime de Macky Sall, ponctuée par des scandales récurrents, parmi lesquels l’implication suspecte de son frère dans la gestion de nos nouvelles ressources pétrolifères et gazières, ou sa nomination à la Caisse de Dépôts et de Consignation,

Considérant que la présidence de Macky Sall fait la part belle au système de la Françafrique avec l’octroi de marchés de complaisance aux grandes entreprises françaises avec des projets très onéreux comme le TER qui sont loin des priorités des populations,

Considérant la gestion opaque des importants gisements de pétrole et de gaz découverts au large du pays, entre l’immixtion présumée de la famille du Président et des contrats signés en toute illégalité,

Considérant que le Plan Sénégal Émergent (PSE) n’est qu’une variante des politiques néolibérales inspirées par les institutions de Brettons Woods (Banque mondiale, Fonds monétaire international),

Considérant que ces politiques néfastes ont en commun d’être fondées sur le postulat, que les forces du marché sont les mieux à même de favoriser la croissance économique qui elle-même est confondue avec le développement,

Considérant que ces politiques économiques extraverties ont le don de générer une croissance sans réel développement endogène,

Considérant que notre dépendance économique est aggravée par le Franc CFA, qui prive le pays de sa souveraineté monétaire, asphyxie l’économie et favorise la fuite des capitaux,

Considérant la création de nouvelles Institutions budgétivores, dans le seul but de caser une clientèle politique pléthorique (CESE, HCCT, CNDT…),

Considérant le sabotage prémédité des secteurs sociaux (École, Santé, Justice…), traversés par une agitation sociale permanente,

Considérant l’aggravation de la demande sociale, induisant pour la majorité des Sénégalais, une grande pauvreté que des politiques sociales mal pensées et/ou insuffisamment financées (bourses de sécurité familiale, loi d’orientation sociale, couverture sanitaire universelle) n’arrivent ni à atténuer ni à juguler,

Considérant la déliquescence du système socio-sanitaire due aux pannes itératives d’équipements médicaux dans les hôpitaux publics et aux ruptures de stock très fréquentes de médicaments et produits essentiels (sang, insuline, antituberculeux, antirétroviraux…),

Considérant l’incapacité de l’État à honorer les contreparties financières liées aux politiques de gratuité (plan Sésame, enfants de moins de 5 ans, dialyses, césariennes…),

Considérant l’absence d’amélioration significative des indicateurs sanitaires tels que les taux de mortalités maternelle et infanto-juvénile,

Considérant l’instrumentalisation de la Justice qui a conduit à la désorganisation du processus électoral et au sabotage de la reddition des comptes, qui a fini par être parasitée par des préoccupations bassement politiciennes (élimination de rivaux politiques et impunité accordée aux transhumants rejoignant le pouvoir),

Considérant l’immixtion intempestive de l’Exécutif dans le fonctionnement de la Justice, maintes fois dénoncée par l’Union des Magistrats du Sénégal,

Considérant la loi scélérate dite de «parrainage citoyen» votée par les députés de Macky Sall sous le fallacieux prétexte de «rationaliser» les candidatures,

Nous rédacteurs de ce présent manifeste, pensons,

  • que le candidat de Benno Bokk Yakaar, le président Macky Sall, est disqualifié pour mener à bien les réformes dont le pays a besoin,
  • que le PIT-Sénégal doit se retirer de ce gouvernement antinational,
  • qu’il doit se rapprocher des forces de progrès pour proposer aux Sénégalais un accord minimum de gouvernement qui:
  • s’approprie des pertinentes conclusions des Assises nationales, y compris la nouvelle constitution proposée par la CNRI,
  • rompt avec les politiques macroéconomiques de croissance sans développement,
  • prône une réelle indépendance nationale par rapport aux puissances impérialistes,
  • et enfin travaille à une intégration africaine favorable aux peuples et aux masses laborieuses.

Les signataires

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s