cosas

TDR DU PANEL DE LA COSAS SUR L’APPROVISIONNEMENT EN MÉDICAMENTS

TERMES DE RÉFÉRENCE DU PANEL DE LA COSAS SUR LES DÉFIS DE L’APPROVISIONNEMENT EN MÉDICAMENTS ET PRODUITS ESSENTIELS

Date & Lieu: Mercredi 06 Février 2018, de 15H à 18H, à la salle Paul Corréa, EPS1IHS (ex-Polyclinique)

  1. INTRODUCTION

Dans le cadre des orientations stratégiques de sa politique sanitaire, le Sénégal a déjà entrepris des réformes du secteur pharmaceutique. La politique pharmaceutique nationale vise l’accès à des médicaments de qualité, et repose essentiellement sur une réglementation pharmaceutique forte, un approvisionnement régulier en médicaments et produits de qualité, la promotion et le renforcement de la production locale dans le but d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD).

Le Sénégal, à l’instar des autres pays en voie de développement, s’est engagé à travers sa politique pharmaceutique nationale à garantir la disponibilité, la qualité ainsi que l’accessibilité des médicaments à toute la population.

Dans notre pays, les études ont montré que les barrières les plus fréquentes à l’utilisation des soins sont liées, entre autres, au transport, à la disponibilité et au coût élevé des médicaments.  Cette situation est exacerbée par les contraintes auxquelles le pays fait face:  

  • une insuffisance chronique de ressources humaines de qualité et leur inégale répartition sur le territoire national,  
    • une faible satisfaction de la demande de soins,
    • une faiblesse de la qualité des plateaux techniques, 
    • un accès difficile aux médicaments, 
    • et des problèmes dans le management, qui se traduisent par des difficultés dans l’optimisation des ressources.

Les initiatives degratuité des soins s’inscrivent dans la volonté politique du Président de la République de passer à l’action pour une couverture sanitaire universelle.

CONTEXTE

L’accès des populations à des médicaments essentiels de qualité, accessibles aussi bien géographiquement que financièrement et correctement utilisés est un défi majeur des politiques pharmaceutiques nationales. 

Le médicament étant une composante importante de tout programme de santé, qui se veut efficace, il est primordial que son accessibilité pour les populations soit garantie par les pouvoirspublics. Or, force est de constater, que les ruptures de stock constituent un problème récurrent dans le cadre de l’approvisionnement en médicaments, entrainant ainsi de graves conséquences au sein de la population. C’est pourquoi toutes les décisions concernant la sélection des médicaments et produits essentiels ainsi que leur approvisionnement sont d’une importance considérable.

PROBLEMATIQUE

Certains pays comme le Sénégal ont mis en place des systèmes nationaux d’approvisionnement en médicaments essentiels reposant pour la plupart sur une centrale d’achat et des structures de distribution aux niveaux central, régional et district. 

Le Sénégal s’est toujours efforcé de s’inscrire dans cette logique. Il s’est ainsi doté d’un système public de santé, auquel il octroie à travers ses différents plans économiques et sociaux de développement, d’importantes ressources budgétaires, même si la part du budget national, consacrée à la Santé n’était que de 8% en 2017, bien en deçà des 15% recommandés par la conférence des chefs d’État tenue à Abuja en 2001.

Concernant l’approvisionnement en médicaments, le Sénégal a mis en place une pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA) et ses succursales régionales, les PRA (Pharmacies Régionales d’Approvisionnement), des dépôts de district et des dépôts de centres de santé avec un recouvrement des coûts des médicaments. 

La PNA est le grossiste répartiteur du secteur public et parapublic. Les achats s’y font essentiellement par appels d’offres internationaux en dénomination commune internationale (DCI) et sur la base de la liste nationale des médicaments essentiels (LNME). Ils sontsoumis à la réglementation relative au nouveau code des marchés.

La garantie d’un approvisionnement régulier et constant de médicaments et autres produits de santé constitue un facteur essentiel dans l’amélioration de l’accès aux traitements. 

Ainsi, le Sénégal offre des perspectives attractives d’investissements à travers toute la chaîne de valeur, de la production de médicaments génériques et autres produits de santé. 

Le secteur pharmaceutique dominant est le secteur privé commercial. Il est en constante évolution et joue un rôle de plus en plus important dans la disponibilité et la distribution du médicament dans un environnement marqué par de fortes contraintes financières pour l’État et pour les populations.

Un grossiste répartiteur est une entreprise pharmaceutique ayant pour objet le ravitaillement en médicaments et autres produits essentiels, y compris les produits cosmétiques, autorisés par les dispositions légales en vigueur. Il achète aux laboratoires pharmaceutiques un stock de produits afin de le répartir, de le revendre et de le livrer aux officines de  pharmacie. Au Sénégal l’autorisation d’ouverture d’une société de grossiste répartiteur est délivrée par le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS) via la Direction de la Pharmacie et du Médicament (DPM), à condition de remplir toutes les formalités (dépôt de dossiers au complet).

Malgré la mise en place d’un système d’homologation des prix des médicaments et l’achat par appel d’offres, les médicaments restent relativement chers dans les structures sanitaires publiques et celles du secteur privé. 

Mais l’augmentation constante du nombre de partenaires impliqués dans l’approvisionnement en médicament essentiels et autres produits de santé a multiplié les structures d’approvisionnement et de distribution. C’est dans ce contexte et afin d’assurer un approvisionnement cohérent et efficient que le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale(MSAS), à travers la Direction de la Pharmacie et du Médicaments (DPM), a sollicité l’appui de l’OMS pour réaliser la cartographie de l’approvisionnement et de la distribution des médicaments essentiels et autres produits de santé au Sénégal. 

Du moment que plusieurs sociétés se partagent le marché de l’approvisionnement en médicaments dans notre pays, il serait pertinent de se pencher sur la valeur ajoutée qu’une synergie d’action des différents circuits pourrait apporter.

Afin de contribuer à l’amélioration de la politique pharmaceutique, plus particulièrement celle de l’approvisionnement en médicaments et produits essentiels, qui est très réglementé et complexe, la Coalition pour la Santé et l’Action sociale (COSAS) a retenu d’organiser ce panel de discussions et d’échanges, à l’intention des professionnels et du grand public .

OBJECTIFS

Objectif général : 

Partager le circuit d’approvisionnement des médicaments pour améliorer l’accès des populations à des médicaments essentiels de qualité, géographiquement, financièrement accessibles. 

Objectifs Spécifiques 

Partager les informations sur  le système d’approvisionnement et de distribution  en produits pharmaceutiques.

Identifier  les défaillances majeures de l’approvisionnement

Analyser  les causes et les facteurs favorisants ces défaillances ;

Identifier les interventions essentielles pour lever ces défaillances 

Faire des recommandations pour l’amélioration de l’approvisionnement et de la distribution des produits pharmaceutiques

RESULTATS ATTENDUS

Les informations sur le système d’approvisionnement et de distribution  en produits pharmaceutiques sont partagées

les défaillances majeures dans le système d’approvisionnement sont identifiées

les causes et les facteurs favorisant ces défaillances sont analysés

les interventions essentielles pour lever ces défaillances sont identifiées

Des recommandations sont faites pour l’amélioration de l’approvisionnement et de la distribution des produits pharmaceutiques 

MÉTHODOLOGIE

Organisation d’un panel autour de la question.

Identification des panélistes

Communication introductive par l’animateur (trice) principal(e).

Interventions brèves et concises des panélistes ( 15’ max.) sur les questions suivantes :

Quels sont les problèmes d’approvisionnement rencontrés (disponibilité)?

Comment rendre les médicaments et produits essentiels moins chers (accessibilité financière) ?

Que dire de la problématique des médicaments de la rue ?

Une synthèse succincte, précise  sera assurée par les rapporteurs qui seront désignés au courant de la séance.

DATE ET LIEU 

Le panel se déroulera le 06 février à la salle de conférences Paul Corréa de l’EPS1IHS, de 15H à 18H. 

  • ANIMATEURS
N°Structure Prénom et Nom
1PNADr Annette Seck Ndiaye
2DPMDr Amadou Moctar Dièye
3GROSSISTES PRIVESDirecteurs Laborex/Duopharm
4EPS 3 HALDDr Babacar Thiandoum
5MCDDr Jacques Diamé Ndour
6COSASDr Sokhna Gaye, Pr Abdoul Kane

RESSOURCES

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s