INVITES

Arrestation de Guy et, au-delà, penser la politique

Arbitraire est un terme très faible pour qualifier l’arrestation et l’incarcération de Guy Marius.

Le régime n’est pas dupe des bruits et des fureurs qui sourdent, malgré tout, dans notre jeunesse empêchée d’un regard sur elle-même par les fabriques de conscience que sont les télés pourvoyeuses de drogues : foot, lutte et autres. Guy Marius est l’UN conscient d’une société plus juste, plus égalitaire de ce MULTIPLE, une jeunesse confrontée au chômage, à une absence totale de perspectives durant tous ces régimes. L’avènement de Sonko a re-connecté une bonne base de cette jeunesse à la chose politique. Elle se veut plus regardante, plus demandeuse d’équité, de justice. La catégorie par laquelle elle pense la politique est celle de SYSTEME. LE SYSTEME-MACKY est conçu comme une oligarchie politico-financière organisée en un Parti-Etat corrompu et oublieux des masses pourvoyeuses des richesses matérielles et immatérielles.

La touche que Guy apporte à la jeunesse est UN PAS DE PLUS. Il s’agit de son anti-capitalisme. Le système que SONKO propose de défaire relève d’une vision de la politique sous l’angle de la morale. C’est-à-dire, que dans cette vision de la politique, il s’agit de remplacer le régime de MACKY par un autre très sérieux. FRANCE-DEGAGE PROPOSE en plus de se déconnecter progressivement du SYSTEME CAPITALISTE. Dans France DEGAGE, il faut lire TOTAL DEGAGE, AUCHAN DEGAGE etc. CE SONT LES MULTINATIONALES QUI PILLENT LES RICHESSES DES PEUPLES DE LA TERRE .

Parce que Guy sait, que les gouvernements ne sont que des fondés de pouvoir du Capital. Le combat de Guy sans se délier de tous les autres combats, dont celui de Sonko, interpelle les jeunes sur un registre. Toute une génération des années 60 à 81 portait cette lutte contre le Capitalisme avant qu’une bonne partie de celle-ci ne la dilue dans la collaboration avec les régimes libéraux de Senghor, Diouf, Wade et Macky très souvent au nom d’agendas personnels.

Guy est, ainsi, un ALERTEUR SUR UN NIVEAU PLUS ELEVE QUE CELUI DE TOUS LES AUTRES. Il est alors la proie rapace des Capitalistes français, britanniques, américains, saoudiens, sénégalais et de leurs suppôts, les ETATS etc.

Seulement, dans la digne rage que nous avons de décrier son arrestation, nous pouvons aussi penser la politique sous la catégorie de l’autonomie de pensée et d’action des masses en rupture avec ce monde d’injustice et d’inégalités en termes non de la seule surrection de dirigeants tenant le flambeau d’appel à leur ralliement par des actions d’éclats, ou par des figures médiatiques de rap ou de société civile. Dans la politique de réel changement ces types d’actions peuvent être très utiles mais elles ne peuvent pas constituer à elles seules la politique.

La politique, la vraie , est de l’ordre d’un travail patient au sein des masses. Elle consiste, entre autres, à travailler patiemment, durablement avec elles à se constituer, à partir de leur vécu de délaissées du capitalisme, en pouvoirs de re-construction des liens horizontaux de pouvoirs, de prise en main de leur vie. Avec les masses, dans des luttes pour le quotidien, sans jamais perdre de vue le monde anti-capitaliste à construire, il s’agit de travailler inlassablement à se déconstruire par rapport à cette société de consommation qui nous prend pour des valeurs d’échange, des marchandises.

Dans ce monde qui se crée progressivement un Guy ou un Sonko et les autres militants ne seront pas vus comme des héros ( ce qu’ils ne veulent pas être) mais des figures simples du peuple. Les masses se mettront à ne plus donner leur pouvoir à qui que ce soit mais le mettront en place, le surveilleront, le contrôleront et le protégeront .

LE POUVOIR PAR EN BAS ET A GAUCHE ( pour les peuples constitués en pouvoirs pour un monde où l’humain et la Terre sont au centre).

Samba GUEYE DIAMA

1 réponse »

  1. Bonjour article intéressant avec un parallèle entre le combat des années soixante et soixante-dix jusqu’aux années quatre-vingts et le cycle ouvert ces dernières années.
    Entre les deux, la phase de reflux et de partipation au pouvoir grâce à la victoire de l’opposition unie contre la mainmise du parti/État PS, où l’extrême-gauche a joué un rôle très actif. Cette gauche radicale a été presque entièrement intégrée aux appareils étatiques, parapublics et autres ONG.
    C’est d’ailleurs aussi à travers de certaines ONG qu’un nouveau processus de radicalisation se fait progressivement jour, donnant naissance à des organisations autonomes et radicales du genre France Dégage.
    C’est une première approche, peut-être partiale, très certainement partielle.
    Quant au mouvement initié par Sonko, force est de constater qu’il correspond à une forte aspiration de la jeunesse pour une alternative politique plus saine et répondant à des exigences d’équité, d’efficacité conformes aux intérêts nationaux du Sénégal et dans un souci de répartition équilibrée des richesses.
    Cela induit l’importance d’une pratique ouverte et unitaire avec ce mouvement de la part de la gauche radicale.
    Ce sont là quelques idées et interrogations que suscite en moi ce texte
    Par s c