DOCUMENTS

La contribution des Think Tanks dans la gestion de la Pandémie de COVID- 19

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION 

Apparue en Chine en décembre 2020 dans la province du Hubei, la crise sanitaire du coronavirus aura causé des milliers de décès à travers le monde, soit environ 1,89 millions de morts depuis la reconnaissance officielle de la maladie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en fin Décembre 2020[i].

Le Sénégal a connu son premier cas de Covid-19 le 2 mars 2020. Dix mois plus tard (le 04 février 2021), il a enregistré́ 27 333 cas infectés dont 22.808 guéris et 659 décès. 

La Covid-19 a également généré des effets négatifs sur la croissance économique (estimée à 0,7% pour 2020, contre une prévision de 6,8% dans la Loi de Finances Initiale 2020), ainsi que sur les emplois et les revenus formels et informels. 

Toutefois, au-delà même de l’impact sanitaire, économique et social de la pandémie, l’année 2020 aura accéléré des tendances, renforcé des inégalités et creusé plus d’écarts entre continents, et entre pays dits développés et pays en voie de développement. 

Dans cette perspective, les Think Tanks en tant que « laboratoire d’idées » constituent des espaces de réflexion, de dialogue et de prospective qui accompagnent les mutations en cours et aident autant que faire se peut à la prise de décision par des données informées. Sous ce rapport, il est légitime de s’interroger sur les contributions qu’ils apportent à un monde de plus en plus « bouleversé[ii] » ? 

Apportant un élément de réponse, un Webinar organisé par le CRDI, en collaboration avec ses partenaires en l’occurrence le Réseau des Think Tanks de l’UEMOA (RTT UEMOA) et le Réseau Sénégalais des Think Tanks (SEN-RTT), a permis déjà de s’interroger sur la place de la science et de la recherche dans l’élaboration des politiques publiques de stabilisation et de relance économique en période de COVID 19[iii]. A travers ce webinaire régional, chercheurs et décideurs ont travaillé de concert afin d’identifier les meilleures pistes de collaborations possibles. 

Au Sénégal, les Think Tanks ont beaucoup contribué dans la gestion de la crise sanitaire. Toutefois, en l’absence de cartographie et/ou d’études de synthèse de leurs contributions dans l’élaboration des politiques nationales de stabilisation et de relance de l’économie, leurs impacts restent difficilement « mesurables ». Afin de remédier à cette situation d’incertitude, le Réseau Sénégalais des Think Tank (SEN-RTT) organise la célébration de la journée internationale des Think Tanks sous le thème de la Contribution des Think Tanks dans la gestion de la pandémie de COVID 19 au Sénégal. Le présent document constitue les termes de références de l’atelier. 

En guise de rappel, il est important de souligner que la maladie du coronavirus a officiellement été déclarée au Sénégal le 02 mars 2020. Aux premières heures de tourmente et de risques de contamination sur le territoire national, le gouvernement sénégalais avait mis en place un important dispositif de prévention et d’alerte pour protéger au mieux les populations. C’est dans cette perspective que le 14 mars 2020, le président de la République prenait la décision de fermer écoles, universités, lieux de culte, interdisant par la même occasion toutes manifestations et/ou évènements pouvant générer d’éventuelles menaces sur la sécurité sanitaire collective. Neuf (09) jours plus tard plus précisément le 23 mars, l’état d’urgence était déclaré sur toute l’étendue du territoire sénégalais, assorti d’un couvre-feu et de plusieurs mesures restrictives comme l’interdiction de la mobilité interurbaine. Le maître-mot étant la prévention, la distanciation sociale et physique qui sont exigées dans les services publics, les marchés ainsi que dans les rapports sociaux de la vie quotidienne. De fait, l’action gouvernementale a consisté en diverses initiatives prises pour endiguer les conséquences de la maladie dans plusieurs domaines. 

En matière de communication, l’Etat sénégalais à travers le Ministère de la Santé et de l’Action sociale, a informé régulièrement les populations sur l’évolution de la maladie, le nombre de décès ainsi que de personnes guéries. Il n’est d’ailleurs pas superflu d’affirmer que les messages de prévention et le respect des gestes barrières ont été aux premiers abords bien appropriés par la population. A bien des égards, la communication gouvernementale a beaucoup insisté sur le risque que représenterait une explosion des contaminations sur le système sanitaire sénégalais. D’ailleurs d’après une étude conjointe[iv] sur la crise de la COVID 19 au Sénégal, 53,7 % des personnes enquêtées affirment avoir entendu parler du coronavirus par une source officielle du gouvernement. 

Sur le plan économique et social, d’importantes mesures ont été prises pour atténuer l’impact de la pandémie. Un fond de riposte et de solidarité contre les effets de la COVID 19 appelé Fond Force COVID 19[v] a été mis en place par l’Etat. Ce fonds, doté de 1000 milliards de francs CFA, est alimenté par l’Etat, le secteur privé, les partenaires au développement ainsi que par les bonnes volontés. Dans le même ordre d’idées, un Plan de Résilience Economique et Sociale (PRES) a été conçu. Il repose sur quatre (04) piliers à savoir i) le renforcement du système de santé; ii) le renforcement de la résilience sociale des populations; iii) la stabilité macroéconomique et financière pour soutenir le secteur privé et maintenir les emplois et enfin iv) l’approvisionnement régulier en hydrocarbures, produits médicaux, pharmaceutiques et denrées de première nécessité. Au surplus, un Plan d’actions prioritaires accéléré et ajusté (PAP2A) a été mis sur pied en septembre 2020, de manière à adapter les actions du PSE au nouveau contexte de la COVID. 

Les Think Tanks n’ont pas été aussi en reste. Par secteur d’activité, ils ont mis à contribution leurs expertises pour étudier l’impact de la COVID 19 et formuler des propositions. A titre illustratif, l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR) a conduit une dizaine d’études[vi] en lien avec la pandémie dont certaines et, en collaboration avec le Cadre National de 

Concertation et de Coopération des Ruraux (CNCR), organisé des « Débats d’experts[vii] » sur l’impact de la crise sur le devenir des exploitations familiales et le monde rural. Des webinaires ont été organisés entre chercheurs, organisations de la société civile et politiques sur la répercussion du virus dans des secteurs-clés comme la pêche, la commercialisation de l’arachide, la mobilisation des ressources et la souveraineté monétaire pour ne citer que ceux- là. 

Le Bureau de Prospective Economique (BPE), en sa qualité de Think Tank logé au secrétariat du gouvernement, a mené plusieurs enquêtes de perception sur des échantillons représentatifs, à Dakar et dans les régions, pour évaluer le respect des mesures sanitaires. 

Le Think Tank Enda, à travers l’initiative RASA regroupant plusieurs chercheurs et institutions de recherche, a coordonné avec IPAR un « ouvrage de solutions » présentant des basculements conceptuels souhaités pour des ruptures dans les modèles de développement et des gains de souveraineté véritables. De même, par l’entremise de son Centre Africain pour le Commerce, l’Intégration et le Développement (Enda CACID), il a également mené des réflexions prospectives sur le devenir des accords commerciaux et économiques notamment la ZLECAF)[viii].

Des formats plus connectés ont été développés par certains Think Tanks, à l’image de WATHI, avec pour objectif de faire de la prospective et de penser un modèle de développement inclusif de l’après COVID notamment à travers la publication de podcasts avec des relais radiophoniques. 

Au demeurant, malgré toutes les mesures prises par l’Etat pour endiguer la flambée des cas de COVID 19, des interrogations subsistent : Quel mécanisme a bien fonctionné ? Lequel ne l’a pas été ? Quid de la responsabilité des Think Tanks en tant que lanceurs d’alerte et initiateurs de dialogue inclusif basé sur des évidences scientifiques ? 

Prétendre répondre à toutes ces questions en tenant compte des contributions des Think Tanks en période de COVID 19 dans ce document n’est pas chose facile. A cet effet, la journée de réflexion du 16 Février offre à bien des égards une tribune à tous les acteurs concernés par la pandémie de profiter d’un cadre d’échanges pour dresser un bilan de la contribution des Think Tanks et se projeter dans l’après-COVID. 

Les modalités d’organisation de cette journée sont présentées ci-après. 

2. ALLOCUTIONS ET PANELS 

Cette rencontre scientifique s’inscrit dans le cadre de la célébration internationale des Think Tanks organise annuellement le 31 janvier. Avec un décalage, il est prévu de la tenir en ligne le mardi 16 Février 2021. 

L’objectif général du panel est d’organiser un échange entre décideurs et Think tanks sur la gestion de la pandémie et de définir des perspectives de relance/rupture économique et sociale au Sénégal. Cela revient à passer en revue les contributions scientifiques, les réponses des décideurs et leurs attentes pour contribuer à élaborer un agenda de recherche basé sur la demande. 

Les objectifs spécifiques sont les suivants : 

  1. Partager les contributions des Think Tanks dans le contexte de la pandémie 
  2. Croiser les regards des Think Tanks dans la gestion de la pandémie 
  3. Recueillir les attentes des décideurs politiques, du secteur privé et de la société 

civile pour une recherche pilotée par la demande 

Le déroulement de la journée se fera suivant le séquençage ci-après : 

v La cérémonie d’ouverture sera présidée par le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération 

o La présentation du réseau des Think Tanks et de sa feuille de route par IPAR o L’introduction à la problématique de la journée par ENDA
o Le mot d’ouverture prononcé par le Ministre de l’Économie, du Plan et de la 

Coopération, M. Amadou HOTT. 

v Le panel d’experts est composé de :

o M. Moubarack Lo, Président du BPE

o Pr Cheikh Niang, Anthropologue de la santé, 

o M. Mor Talla Kane, Représentant secteur privé 

o Dr Khadim Bamba Diagne, Economiste 

La modération sera assurée par Mme Mame Penda BA, Professeure assimilée en science politique à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. 

3. PUBLIC CIBLE ET PARTENAIRES 

Cette journée scientifique s’adresse aux Think Tanks et universitaires, aux décideurs politiques, aux représentants de la société civile, du secteur privé, des médias et des partenaires de l’Etat. 

4. RESULTATS ATTENDUS DE LA JOURNEE 

Au sortir de cette journée scientifique: 

· Une meilleure connaissance de la contribution des Think Tanks est constatée
· Les éléments d’un agenda de recherche sont esquissés et traduits en thèmes de recherche 

5. CONTACTS 

Mme Ndiague FAYE, Chercheure à L’IPAR

Tél : 78 163 33 00 ; Email : ndiague.faye@ipar.sn 


1 Covid-19 dans le monde : l’OMS appelle les pays à cesser les « accords bilatéraux » avec les laboratoires

2 La terminologie est empruntée au Thème du webinaire de l’IRIS sur « la contribution des Think Tanks dans un monde bouleversé » tenu en ligne le Jeudi 28 Janvier 2021

3 Webinaire CRDI, RTT UEMOA et SEN-RTT du 11 Juin 2020 disponible sur le site de l’IPAR

4 Cf l’étude Enquête téléphonique sur la crise de la Covid au Sénégal

 http://www.crdes.sn/assets/publications/Enquete_telephonique_sur_la_crise_du_Covid_au_Senegal.pdf

https://www.ipar.sn/IMG/pdf/plan_re_silience_-_ministere_de_l_economie.pdf

6 https://www.ipar.sn/spip.php?page=recherche&recherche=COVID

7 Cf Note de capitalisation des activités et actions de l’IPAR en période de COVID

8 Cf Intégr’Action, numéro 8 de Janvier 2021, Bulletin bimestriel d’informations sur l’intégration régionale publié avec l’appui d’OSIWA