Le Groupe de Réflexion, d’Analyse et de Prospective sur les Processus Politiques, Economiques et Sociaux

GRAPPE

Il  est normal qu’au moment où le public se demande ce qu’est le GRAPPE, que sa genèse et son identité soient précisées.  La meilleure manière pour nous,   de le faire, est de   publier les actes qui l’ont fondé.

Le GRAPPE (Groupe de Réflexion, d’Analyse et de Prospective sur les Processus Politiques, Economiques et Sociaux) est une structure qui se veut indépendante malgré ses origines que les textes que nous publions ici montrent amplement.

Il s’agit :

  • Du discours de Mansour Sy Djamil président de Bes Du Nakk au cours de la rencontre avec les intellectuels de l’UCAD
  • Et la note d’évaluation de cette rencontre par le comite préparatoire

Le GRAPPE est né d’un constat de faits :

  • Déficit de formation et de culture théoriques et d’expérience politique de nombre de nos compatriotes qui, pourtant, ont choisi de  » s’investir » dans le champ politique;
  • Lacunes dans la « transmission intergénérationnelle « de l’expérience militante  d’anciens témoins et ou acteurs de la vie politique nationale;
  • Insuffisance de débat national sur les questions qui interpellent le Sénégal et sur les grands enjeux de notre temps.

C’est ce constat qui a conduit le Mouvement Citoyen pour la Refondation Nationale Bës Du Ñakk (BDN)  à organiser une Rencontre avec les Cadres et Intellectuels du sénégal le Samedi 11 Mai 2013 au Grand Amphithéâtre de l’UCAD 2.

Au sortir de cette Rencontre, la recommandation principale était la création d’une structure des cadres et l’installation d’une école de formation des membres et sympathisants de BDN. C’est ce processus qui a abouti aujourd’hui à la création du GRAPPE.

Il faut  préciser que c’est le même comité préparatoire de la rencontre de l’UCAD -à quelques personnes  prés- qui s’est mué en GRAPPE. Il y’a donc une continuité organique, une évolution historique et un lien ombilical entre BDN et le GRAPPE. Il est important de faire ce rappel pour l’histoire. Cependant, il nous faut préciser que du point de vue de la démarche, des principes, et de la pratique, le GRAPPE est une entité autonome. Malgré ses liens historiques avec BDN, le parti n’intervient pas sur la recherche et l’analyse. En toute indépendance, le GRAPPE formule ses politiques, choisit ses thèmes de discussion, ses  conférenciers, et établit son programme d’activités.

Le GRAPPE est aussi un cadre d’échanges et de partage dans un monde en mutation. Il offre à ses membres des outils pour la réflexion et l’action ;  les aide  à développer des aptitudes au travail en réseau et à affirmer leurs capacités de leadership. Il est ainsi un creuset pour l’élaboration d’une vision pour le Sénégal et l’Afrique

Nous avons mené de mures réflexions pour établir l’identité du GRAPPE :  en faisant du benchmarking, en tirant les leçons de la riche expérience du Club Nation et Développement du Groupe de Rencontre et d’Echange pour un Sénégal Nouveau (GRESEN), mais aussi en nous penchant sur l’exemple du Centre d’Etude et de Recherche Marxiste et de la revue  La Pensée qui, tout en étant des structures du Parti Communiste Français, ont su créer des espaces de dialogue ouverts aux intellectuels de toutes obédiences regroupés par thème, discipline et secteur. Cette ouverture est la seule manière efficace d’embrasser tous les espaces d’un développement scientifique dont personne n’a le monopole ; mais qui évolue à une vitesse vertigineuse et ne peut souffrir de dogmatisme idéologique.

Fort de se principe, le GRAPPE a pu travailler  et réaliser  les activités suivantes:

=> Six exposés sur :

  • L’éducation au Sénégal : de l’indépendance au PEDEF : par Lamine Sylla, Inspecteur de l’Enseignement secondaire, en Philosophie);
  • Le problème minier au Sénégal : par (Hervé Bangar  étudiant en Licence de Philosophie);
  • L’Etat, la nation et la République : par Ousmane Ndiaye, Inspecteur général d’Etat à la retraite;
  • Les doctrines politiques contemporaines et leurs systèmes économiques.par Moctar Diack, Professeur de Philosophie à la retraite)
  • Écrire l’Histoire du Sénégal : par Ibrahima Thioub, Recteur de l’Université de Dakar;
  • L’économie du savoir: par Mamadou Ndoye Mendoza, Ancien Ministre de l ‘Éducation de base du Sénégal ;

=> Une conférence :

  • Conférence publique au Café de Rome sur : Lectures croisées de deux Mémoires : Abdou Diouf et Ousmane Camara animé par le Professeur Moctar Diack. ).  

Le choix des thèmes est assez éloquent pour montrer la diversité des thématiques centrales au développement de notre pays qui devraient aider BDN à mettre en place une école de formation de ses militants qui repose sur les préoccupations réelles de notre époque, de notre continent, et de notre pays. C’est dans ce contexte que s’inscrit la conférence d’aujourd’hui.

C’est après l’inoubliable conférence de Moctar DIACK au Café de Rome qui a vu la  présence d’éminentes personnalités telles que Ousmane Camara, que le GRAPPE a été découvert par le grand public qui a senti que les conditions étaient créées pour mettre fin à ce déficit de débat intellectuel tant déploré dans notre pays. Encouragé par cette belle réussite,  le GRAPPE a donc continué son activité interne avec d’excellents exposants dans le cadre de la maison de Moctar DIACK qui nous a généreusement ouvert ses portes.

Ces expériences ont montré que le GRAPPE ne pouvait pas se limiter à sa mission initiale contenue dans les textes  fondateurs ici publiés, vues les personnalités exceptionnelles qu’il a pu attirer. Une fois sa mission terminée et le travail soumis au Directoire de BDN, le GRAPPE pourrait se transformer en une structure permanente, apportant sa contribution aux débats d’idées dont la complexité de la situation nationale et internationale fait un impératif catégorique. Cette nouvelle mission qui se dessine, le GRAPPE pourrait l’entreprendre seul, comme par le passé, ou avec d’autres entités comme c’est le cas aujourd’hui  avec le Cercle d’Etudes et de Réflexions Stratégiques pour Un Sénégal Emergent (CERSSEM).

En lisant les textes fondateurs du GRAPPE (discours de Mansour Sy Djamil), on prend la pleine mesure d’une démarche à la fois généreuse et ambitieuse servie par des acteurs d’origines diverses,  des hommes et des femmes d’expérience tels que Moctar DIACK, Ousmane NDIAYE, Françoise CORREA Baba BA, Lamine SYLLA, Serigne Mansour Sy Djamil ; tous des modèles dans leur domaine et désireux de transmettre leur expérience à la nouvelle génération qui, de par son engagement  et sa fraîcheur juvénile, ne demande qu’a acquérir des connaissances inédites.

Le GRAPPE fera peut plus et mieux pour être le canal de cette transmission et une structure d’avenir capable d’attirer l’élite intellectuel de ce pays pour un entrecroisement fécond sur les questions qui interpellent notre devenir.

Le GRAPPE espère sortir renforcé de la conférence d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s