Étiquette : assises nationales

CHANGER DE POLITIQUE POUR SAUVER LE DIALOGUE !

Depuis l’éclatement du scandale de Pétrotim, plusieurs évènements relatés, ces derniers temps, dans la presse, sont là pour attester du fait, que le président Macky Sall fait face à une sérieuse crise au sommet, au sein de sa large coalition, malgré ou à cause de sa victoire large […]

Petits camps– Gros enjeux

D’immenses forces politiques, fermentées par la déception, la douleur et les trahisons vont converger vers un homme plus que son programme, et vendre aux populations l’espoir que leur choix ne peut pas être pire que le Gladiateur. Il sera en tout cas difficile de leur opposer un argument […]

VERS LA CONTRE-RÉVOLUTION TORODO ?

“Tout souverain, qui ne respecte plus ses engagements envers le peuple et dont vous voyez la fortune s’accroître, détrônez-le et confisquez ses biens”. Thierno Souleymane Baal Pendant que Benno Bokk Yakaar se glorifie des réalisations de son Président, ce dernier n’écarterait pas l’idée de postuler au titre de détenteur […]

50 ans après, ressusciter l’esprit de mai 68 !

Cinquante ans après la mythique et glorieuse révolte étudiante de mai 1968, qui avait ébranlé le régime senghorien jugé trop autoritaire et inféodé aux ténors de la Françafrique, le mouvement étudiant sénégalais défie à nouveau un régime présentant des caractéristiques très similaires voire identiques. Nous nous trouvons, en […]

Les sept péchés du Gladiateur

Quels qu’en soient les raisons ou les motifs, plus de 65 % des Goorgorlus qui avaient uni leurs forces pour mettre fin au règne anachronique de l’Empereur, ont accepté le Gladiateur comme le nouveau porteur de la couronne du royaume. Si certains pensent que c’était  pour son programme […]

LA POLITIQUE, LES FONDS ET LE FOND

Par Bassirou S. NDIAYE – Vous avez déjà passé vos commandes ? — Non, Votre Excellence ! – Pourquoi donc ? Vous ne voulez rien prendre ? -Si, Votre Excellence, mais nous n’avons pas de quoi payer. -Prenez tout ce que vous voulez, ici c’est l’état qui paye ! -Ah ! Voilà donc où […]